Historique du chantier naval Amiguet

Le Léman agit souvent, sur les destinées humaines, d’étonnante manière. Tantôt il suscite un attachement profond, mais aussi il peut inspirer le besoin aigu de ces vastes horizons maritimes qu’il suggère parfois. De plus, une construction navale à laquelle il a donné lieu, enrichie d’influences lointaines et variées, favorise chez ceux qui l’ont approché une passion immodérée pour les bateaux. Alfred Amiguet, le fondateur du chantier, incarne à lui seul toutes ces situations.

Il avait six ans en 1912 quand son père est venu habiter Rolle. Plus tard, élève du Collège, il occupe une bonne part de ses loisirs à travailler au chantier naval rollois Oester, car l’emprise lémanique exerce déjà ses effets. Bientôt, il entre à l’Ecole des Arts et Métiers de Genève, qui lui décerne, en 1926, son certificat de fin d’apprentissage comme menuisier sur automobiles, dont les carrosseries étaient alors souvent en bois. De cette formation, il gardera non seulement un excellent souvenir, mais aussi des connaissances précieuses, et une habileté manuelle, déjà innée, encore accrue. Peu après, il saisit une occasion rêvée, celle d’embarquer comme second charpentier sur un cargo allemand, le « Bertram-Rickmers ». A son bord, il effectue deux voyages, aller et retour, jusqu’à Vladivostok.

Dès 1932, revenu à Rolle, il travaille de plus en plus régulièrement chez Oester. En 1935, il s’établit comme constructeur de bateaux à Ouchy. Mais en 1939, Amiguet cherche à s’installer de façon plus stable, car dans ses locaux d’Ouchy un délai de résiliation de trois mois le place dans une situation peu confortable. Or à Saint-Gingolph, le chantier Derivaz avait construit sa dernière barque du Léman, la rapide « Algérie », en 1901, et depuis son activité consistait en des travaux de réparation. Les installations de mise à terre servent à l’entreprise Grossi d’Ouchy pour l’entretien de ses deux bateaux de charge : la barque « Vaudaire » et le cargo lémanique à vapeur (ou « mouche ») « Mercure ». Dans un premier temps, Amiguet sous-loue le chantier à l’entrepreneur Grossi, avant de l’acheter huit ans plus tard.

La longue carrière d’Amiguet est jalonnée de réalisations remarquables. Par exemple, c’est sur ses plans que fut construit en 1932, chez Oester à Rolle, le petit yacht «  Salem » qui préfigura le 15m2 SNS. Choisi par la Société Nautique de Genève pour faire partie de la commission chargée d’étudier la jauge de cette future série. Amiguet siégea ainsi en compagnie d’architectes navals des plus réputés, comme Camatte et Godinet. Ce fut lui ensuite qui traça les plans des premiers 15 m2 SNS.

De sévères restrictions imposées durant la guerre à la consommation d’essence sont à l’origine d’une intéressante création, car la voile et la rame avaient trouvé alors un regain d’utilisation. C’est ainsi qu’Amiguet fit l’étude d’un canot à dérive pour un client lausannois, désirant un bateau de bonnes qualités véliques et agréable à l’aviron. Une fois réalisée, l’embarcation donna tellement satisfaction que d’autres amateurs commandèrent la même, et finalement 32 de ces bateaux furent construits. Le nom de «  Grèbe » qu’avait reçu le prototype devint l’appellation de la série.

Quand la construction navale commença, dans les années 1950, à être pénétrée par les matériaux et procédés modernes, Amiguet chercha une nouvelle orientation pour l’activité de son entreprise. Or en France, le dériveur lesté de petite croisière « Corsaire » avait obtenu dès sa création en 1954, un franc et rapide succès. A Jean-Jacques Herbulot, auteur des plans de ce bateau, Amiguet demanda d’être agréé comme constructeur du « Corsaire » pour la Suisse, ce qui lui fut accordé. L’activité du chantier de Saint-Gingolph se focalisa dès lors sur cette nouvelle production.

L’importante réorganisation qui s’imposa révéla vite son efficacité. Commencée en 1959, la construction des « Corsaire » se poursuivit au rythme annuel d’une soixantaine d’unités jusqu’en 1973. Quelques 850 de ces bateaux sont venus ainsi contenter des amateurs enthousiastes, séduits par l’indéniable réussite d’Herbulot, et confiants dans la qualité de construction qu’Amiguet su maintenir.

Dès 1974, la production des « Corsaire » s’étant sensiblement réduite, Amiguet allait construire, selon ses propres plans, une vingtaine d’unités d’un petit cruiser de 7,25 ml, étonnamment rapide pour sa taille : l’ « Amigo ». Entre-temps, ses deux fils, Yves et Pierre-Marie, leur apprentissage de constructeur de bateaux terminé, avaient rejoint leur père au chantier.

Les navigateurs s’intéressaient alors de plus en plus à de grands monocoques rapides pour les régates de distance. Trois de ces yachts, du type « Amèthyste » dessiné par Jean Grobéty, ont été construits à Saint-Gingolph. Ils réalisent toujours des résultats flatteurs.

Alfred Amiguet a poursuivi son activité en construction navale, mais progressivement réduite jusqu’à la démolition du chantier en 1980. Aujourd’hui décédé, c’est son fils Pierre-Marie qui dirige l’entreprise, transférée au Bouveret, toujours très bien cotée quant à la qualité de ses prestations.

Noël Charmillot











Mini Croiseur diffusion
Mini Croiseur diffuse tout l'accastillage pour les mini-croiseurs de légende (voiliers transportables) et vous propose l'achat en ligne de votre accastillage, votre armement de confort et de sécurité, votre gréement, votre lest, votre moteur, vos voiles (descriptif voilerie) , les poulies et accessoires ainsi que la remorque (voir descriptif remorque) de votre voilier transportable.

Avec Mini Croiseur, redécouvrez les bateaux qui vous ont fait rêver : le Cap Corse, le Corsaire Amiguet (voir aussi le chantier naval), le minicroiseur Corsaire (et tous les corsaires de l'histoire...), le craff 24, le Craff 33, le Maraudeur, le Mousquetaire et le Mousquetaire club, le Muscadet, le Challenger Micro (un bon exemple de voilier insubmersible), le Challenger Micro 2000, ...

Mini Croiseur est aujourd'hui le seul vrai spécialiste de la vente en ligne d'équipements pour votre petit croiseur ou petit voilier: vente en ligne d'accastillage, vente en ligne de poulieà bille, achat en ligne de poulie, achat en ligne de poulie à bille , achat en ligne d'armement de confort, achat en ligne d'armement de sécurite, achat en ligne de gréement, achat en ligne de remorque de voilier, achat en ligne de remorque de jetski, vente de voiliers d'occasion, vente de Muscadet, vente de petits voiliers, vente de Cap Corse, voilerie en ligne.

Minicroiseur se positionne comme un des spécialistes dans la diffusion d'accastillage en ligne grâce à sa grande connaissance du marché de l'accasitllage, des produits d'accastillage, son stock d'accastillage disponible en permanence qui lui permet de vous garantir des délais courts pour la fourniture de l'accastillage de votre bateau.

Le site minicroiseur se dote en 2009 d'une nouvelle rubrique consacrée aux actualités de la voile et aux événements sportifs concernant les mini croiseurs et les voiliers de classe micro. Durant toute l'année 2010, une couverture du championnt du monde sera effectuée sur le site et vous retrouverez les résultats, les anecdotes, les classements de ce championnat réservé aux amouruex de la voile classe micro. Les participants au championnat du monde de voile classe micro trouveront toujours en stock chez Minicroiseur l'accastillage de leur bateau, la voilerie, le gréement et tout l'armement de confort et l'armement de sécurité indispensable à une pratique sereine de la voile.







+